Protection Contre les Soldes Négatifs

26 January 2018
Nicolas Faucheur

Dans cet article, nous décrirons les raisons pour lesquelles nous croyons fermement que la protection contre les balances négatives est un faux pas, qui finira par causer des dommages à ceux-là mêmes que ce mécanisme est censé protéger: les clients.

 

L’ESMA (European Securities and Markets Authority) a récemment fait le point sur son examen en cours des CFD et autres produits spéculatifs.

L’ESMA envisage plusieurs mesures pour les CFDs:

  • Des limitations sur l’ouverture des positions entre 30:1 et 5:1, suivant la volatilité du sous-jacent;
  • Une règle de liquidation sur marge;
  • La protection contre le solde négatif afin de garantir une perte maximale pour le client;
  • Une restriction sur les services incitant à la négociation, et
  • Un avertissement sur le risque standardisé

Notre position sur le #3: protection contre le solde négatif

Nous avions répondu, quand la BaFin a d’abord imposé la protection contre le solde négatif. L’ESMA semble suivre la même voie, ce qui en fait par conséquent un souci paneuropéen, et pas seulement allemand.

Ce post présente notre point de vue (amélioré) sur le point #3 de l’ESMA: la protection contre le solde négatif, en s’attaquant à:

  • Qu’est-ce qu’un solde négatif?
  • Comment cela affecte les traders
  • Comment cela affecte les fournisseurs
  • Qu’est-ce que la protection contre le solde négatif?
  • Quelle(s) incitation(s) pour les traders et fournisseurs
  • Conclusion

Qu’est-ce qu’un solde négatif?

Commençons par le commencement. De quoi parlons-nous?

Définition d’un solde négatif

Le solde négatif représente la face sombre de l’effet de levier / emprunt. Il résulte de brusques changements de marché, lors desquels la valeur des actifs d’un client diminue sous la valeur de son emprunt, avant même qu’un stop-loss ou un ordre de liquidation ne puisse dénouer les positions ouvertes.

Par conséquent, le client se trouve à:

  • Perdre 100% du capital sur son compte, PLUS
  • Devoir la différence – entre la valeur zéro de son capital et la valeur de la position une fois débouclée.

Solde négatif? Mais quel solde négatif?

Le trader aguerri sait qu’il existe 2 façons pour négocier des CFDs, via:

  • CFD brokers: où les clients se retrouvent “face au marché” ( = tout participant SAUF le broker)
  • CFD dealers: où le dealer prend la contrepartie directe des positions du client

Comme nous l’expliquons ci-dessous, les soldes négatifs ne s’appliquent qu’aux brokers. Car c’est une impossibilité économique pour le dealer.

CFD dealer – solde négatif

Le client et l’émetteur de CFD rencontrent la situation suivante:

  • Le client:
  1. Sélectionne son actif ainsi que son levier
  2. Entre son trade d’un côté du spread
  3. Garanti le collatéral
  • Le Dealer:
  1. Prend l’autre côté de la transaction

Aussi longtemps que le sous-jacent n’a pas contraint l’une des deux parties à sortir de ce trade, les choix du client sont les suivants:

  • Cloturer la position et empocher la différence (positive ou négative), moins le spread
  • Conserver la position, en compensant le dealer pour le coût du capital lié à la détention de l’autre côté de la transaction,
  • Si le marché venait à raser le capital du client, le dealer garde la marge du client, et le client perd – point!

Un dealer CFD qui réclamerait la compensation d’un solde négatif est aussi moral que le gagnant d’un pari qui fixerait rétrospectivement le schéma de paiement du pari.

Solde négatif pour un Broker CFD

Un broker CFD opère selon une séquence où, le client final se retrouve à détenir un actif / parier contre le marché, et NON le broker:

  • Une jambe client, où le broker parie contre le client sur un côté du spread (exactement comme le dealer),
  • Une jambe marché , où le broker:
  1. Trouve pour vous la meilleur offre
  2. “Parie” pour vous contre le marché,

Cela comporte 3 avantages majeurs:

  • Le broker est toujours de votre côté,
  • Vous obtenez un prix compétitif
  • Dans le cas d’une insolvabilité du broker, les contreparties du broker honoreront votre pari contre eux

Le broker peut financer votre position – donner accès à du levier. Cela donne par contre naissance à un désavantage, par rapport aux transactions effectuées face à un dealer puisque, si vous deviez faire face à une situation de solde négatif, vous:

  • Devrez réellement la différence à votre broker, car
  • Le marché lui réclamera son dû

Par exemple, lors d’un krach de marché, il existe un risque accru côté broker. La question est:

  • A combien s’élève la facture?
  • Qui doit la payer?

Impact d’un solde négatif

Le cas des soldes négatifs sont un peu comme un tsunami:

  • Extrêmement rares dans des marchés liquides où les prix évoluent en permanence – les stop losses sont déclenchés normalement avant que la marge soit épuisée
  • Potentiellement mortels: bien que peu fréquents, leur impact peut être très important lorsqu’une dislocation du marché rencontre des clients investis avec du levier

Pour vous donner une idée de l’impact, les conséquences de soldes négatifs lors des derniers événements (Flash crash BNS, flash crash GBP, etc.) représentent une perte entre 1 à 2 semaines de revenus.

Mais plus important, Darwinex a choisi de ne pas réclamer aux clients les dommages occasionnés, car le recouvrement de cette dette implique:

  • Un dommage en terme d’image et de réputation, poursuivant un client ayant déjà perdu 100% de son capital
  • Un coût légal important, à recouvrer de petites dettes sur de multiples comptes clients

Le fait est que, nous avons choisi de ne pas poursuivre – ne signifiant pas que nous ne le ferons jamais dans aucun cas – mais cela n’est pas une bonne idée d’inclure cette disposition dans nos termes et conditions, comme l’ESMA l’aurait fait…

Qu’est-ce que la protection contre le solde négatif?

La protection contre le solde négatif est une disposition contractuelle, par laquelle les fournisseurs de CFD renoncent aux dettes des clients dans le cas de solde négatif.

Comme nous l’avons vu précédemment, la possibilité d’une balance négative ou non, dépend du type de service du fournisseur:

  • Si vous pariez contre votre dealer CFD, vous n’avez pas besoin d’une protection contre les soldes négatifs, pour la simple raison que vous ne pouvez pas avoir de solde négatif
  • Si vous avez emprunté ( = levier) pour financer votre positionnement, VOUS devez honorer votre dette

Maintenant, en accord avec l’ESMA, ce ne sera plus vous mais bien votre broker qui devra payer les pots cassés. Laissant votre broker avec 4 options:

  • Arrêter de fournir du levier, et/ou
  • Lever du capital pour garantir sa survie, et/ ou
  • Augmenter ses tarifs pour se construire un matelas, et/ ou
  • Tout simplement arrêter de fournir des CFDs

Les dealers CFDs peuvent donc dire: MERCI ESMA!

  • Non seulement cette direction permet de conserver le business model consistant à encaisser les pertes des clients (CFD dans le jargon, rime avec Cash For Dealers)
  • Mais plus encore, cela pousse les pure brokers à prendre la porte de sortie…

Et, comme preuve de leur immense gratitude, les dealers peuvent offrir au client une protection contre les soldes négatifs, GRATUITEMENT.

Le risque moral

Malheureusement, cela s’avère être une solution incroyablement naïve.

  • S’il y a une dette, et que le trader est exclu de la boucle
  • Pour sûr quelqu’un devra payer

Comme nous sommes en train de le voir, cette dette devra être soldée:

  • Directement depuis la poche du client
  • Depuis la poche du fournisseur – ce qui est une façon indirecte de dire, depuis la poche du client

Conclusion: Une solution qui cherche encore son problème

Le plus gros souci, est que ce système combat un problème qui n’en est pas un:

  • Le problème est que les traders de CFD perdent une partie significative de la marge qu’ils accordent à la négociation sur CFDs,
  • Mais 99.99% du temps, le problème n’est PAS que les traders de CFD perdent plus que les fonds qu’ils y consacrent

Cela nous laisse avec un événement aux probabilités infimes, où la protection contre les soldes négatifs introduit une logique dangereuse:

  • Plus l’effet de levier est important, plus est élevé le risque que les traders franchissent – gratuitement/sans risque – le bilan du fournisseur
  • Si l’impact devient trop important, le fort effet de levier finit par devenir un risque de contrepartie pour les traders à faible levier

Mais il y a pire…

S’attaquer au mauvais problème pour en aggraver la situation

Non seulement la protection contre les soldes négatifs ne résout pas ce non-problème, mais il le fait au prix de rendre une mauvaise situation encore pire qu’elle ne l’est, en incitant indirectement:

  • Les traders de CFDs rationnels à négocier avec, plus de levier plutôt que moins, pour tirer au maximum profit d’une situation sans risque
  • Les brokers (contrairement aux dealers) à ne plus fournir de CFDs, si cette mesure leur est imposée
  • Les brokers-dealers (qui internalisent sélectivement leur flux) à internaliser davantage de flux, plutôt que moins

Tout ce qui précède n’est pas pour nous rassurer, et rend définitivement la situation plus difficile qu’elle ne l’est déjà… pour le client!

En une simple phrase à l’ESMA: abandonnez cette idée et alignez les intérêts des différentes parties à la place.