Passage de la VaR fixe à la VaR variable sur les actifs DARWIN

9 January 2020
Javier Colón
Photo by ManelTor / CC BY

 

Le 11/01/2020 nous apporterons des changements dans la façon dont le gestionnaire de risques Darwinex fonctionne.

Ici, nous expliquerons:

  1. La raison du changement
  2. Le fonctionnement du nouveau manager
  3. Les effets obtenus
  4. La mise en œuvre du changement
  5. Annexe: Exemples de DARWIN populaires

1. Quelle est la raison du changement

Le gestionnaire des risques est chargé de garantir que tous les actifs DARWIN se négocient avec un risque connu, quel que soit le risque pris sur la stratégie sous-jacente sur laquelle se fonde la logique des décisions d’entrée et de sortie du marché.

Cela signifie que le DARWIN réplique l’actif et le timing de l’opération du trader, mais le volume de l’investisseur est défini par Darwinex à travers une logique de gestion des risques. L’implication du gestionnaire différencie ainsi les rendements respectifs de la stratégie sous-jacente, et du DARWIN.

À ce jour, tous les DARWINs ont le même risque cible – 10% de VaR mensuelle. Le fixer à une valeur donnée et ne pas lui permettre d’être variable présente une série d’avantages.

  • Cela permet de comparer les retours DARWIN de manière très intuitive.
  • L’investisseur connaît le risque de toute composition de portefeuille DARWIN à un moment donné.
  • Gommer le biais de nombreux traders qui, pour des raisons émotionnelles, ne peuvent pas assumer des montants d’investissement importants et, pour se protéger, réduire leur risque stratégique, même s’il n’y a aucune preuve que leur capacité de prédiction a été détériorée.
  • Supprimer l’illusion statistique des stratégies de trading dont les performances sont principalement basées sur l’utilisation progressive de l’effet de levier, comme les martingales plus agressives, qui sont répandues dans le copytrading.
  • Estimer plus facilement la capacité maximale qu’un DARWIN peut absorber, c’est-à-dire l’investissement maximal qu’il peut gérer sans trop altérer le rendement de ses investisseurs.
    Appliquer des frais de gestion ajustés aux rendements potentiels du DARWIN en question.

Cependant, en plus de ces caractéristiques, le gestionnaire de risques doit être le moins “intrusif” possible au sein de la stratégie, afin que le trader ne pense pas que ce gestionnaire de risques impacte “négativement” ses investisseurs. Sinon, les meilleurs gestionnaires ne seront pas disposés à fournir leurs systèmes sur notre marché.

Dans le passé, nous avons reçu de nombreuses plaintes dans ce sens. Beaucoup d’entre elles étaient sans fondement, ou ne sont survenues que lorsque cet impact a été négatif, mais nous n’avons pas été remerciés lorsque c’était l’inverse (c’est la condition humaine).

De toute évidence, nous devons continuer d’améliorer le gestionnaire de risques pour le rendre moins «intrusif», mais il est difficile de déterminer ce que cela signifie.

Après avoir compilé les commentaires, nous sommes arrivés à la conclusion que de nombreux commerçants ne négocient pas toujours avec le même risque. Il peut y avoir de longues périodes (même 1 an, mais généralement de 1 à 6 mois) pendant lesquelles le trader, car il pense que son système ne fonctionnera pas bien en raison des conditions du marché, ou parce qu’il procède à des ajustements ou pour toute autre raison, réduit son risque.

Si ces périodes au cours desquelles les traders réduisent leur risque durent plus de 45 jours (la période de référence utilisée pour calculer la stratégie de VaR sous-jacente), à ​​la fin, elles abaissent significativement la référence de VaR calculée par la plateforme. Ensuite, le DARWIN multiplie l’effet de levier du trader par un facteur plus élevé que d’habitude, et par conséquent il y a une perte soudaine de proportionnalité entre la stratégie sous-jacente et le DARWIN.

Si le trader avait raison et que sa stratégie ne fonctionne pas bien pendant cette période, le DARWIN perdra beaucoup plus que la stratégie sous-jacente en ce qui concerne ses performances habituelles (si le trader n’avait pas raison, l’inverse serait évidemment le cas).

La plupart des traders sont incapables de prédire le marché. Par conséquent, la réduction de leur risque génère généralement une performance aléatoire du DARWIN. Le problème est que ce sont précisément les meilleurs traders qui SONT CAPABLES d’ajuster leur risque aux conditions du marché.

Nous sommes arrivés à la conclusion que le gestionnaire de risques devrait cesser d’avoir une VaR fixe pour mieux s’ajuster aux meilleurs traders quand, pour une raison quelconque, ils estiment qu’il est préférable d’abaisser leur stratégie sur des périodes raisonnablement courtes (moins de 6 mois).

Cela dit, le risque devrait se situer dans une fourchette – sinon nous cesserions de nous conformer aux autres raisons pour lesquelles nous avons préféré le fixer.


2. Le fonctionnement du nouveau manager

Avec ce changement, le risque du DARWIN devient variable, entre 5% et 10%.

Pour déterminer la VaR cible, les données historiques de VaR sont prises en compte, en commençant par les données les plus récentes avec une période de réflexion de 6 mois maximum, jusqu’à ce que le rapport entre la VaR maximale et la VaR minimale soit de 2: 1.

La VaR actuelle est ensuite divisée par la VaR maximale calculée auparavant. Enfin, ce ratio est multiplié par 10%. La VaR résultante évoluera entre 5% et 10%.

S’il n’y avait pas de ratio 2: 1 au cours des 6 derniers mois, le maximum des 6 derniers mois est pris en compte.

2.1 Exemples

VaR actuelle: 8%
VaR maximale: 12% il y a un mois
VaR minimale: 6% il y a cinq mois
VaR cible: (8% / 12%) * 10% = 6,67%

VaR actuelle: 9%
VaR maximale: 14% il y a 2 mois
VaR minimale: 8% au cours des 6 derniers mois
VaR cible: (9% / 14%) * 10% = 6,43%

En résumé, le Risk Manager tolère les changements de Var jusqu’à 2 fois (hausse ou baisse) dans le but de mieux s’adapter à la gestion des risques plus tardive.

2.2 Modification supplémentaire

Pour protéger les investisseurs contre un effet de levier anormalement élevé, il existe une mesure de contrôle supplémentaire qui ne permet pas aux investisseurs de dépasser le seuil de 15 -12.5 -10 pour les positions de 15 – 30 – 60 minutes.

Cette restriction affecte principalement les DARWINsqui négocient à court-terme, ou les DARWINs qui utilisent des pics de levier à court-terme.

Dorénavant, à la discrétion de Darwinex, nous pourrons également augmenter ces niveaux à 25 – 20 – 15 pour les DARWINs qui prouvent leur discipline monétaire.

Ce changement fait également que le DARWIN et la stratégie sous-jacente ont une forme plus «similaire».

 


3. Les effets obtenus

Les performances du DARWIN en période de drawdown sont considérablement améliorées, sans trop pénaliser les rendement total lorsque le DARWIN récupère. Autrement dit, une amélioration du rapport rendement / drawdown est obtenue et, surtout, nous obtenons une plus grande similitude dans la performance de DARWIN par rapport aux décisions de risque à moyen terme des stratégies sous-jacentes.

Pour mieux comprendre l’impact du changement de gestionnaire de risques sur les DARWINs, nous donnerons un exemple très illustratif. Il s’agit de LZB, backtesté en utilisant le gestionnaire actuel et le nouveau gestionnaire. Dans les deux cas, un backtest est utilisé car nous n’avons pas de données réelles en utilisant le nouveau gestionnaire, et donc la comparaison est meilleure en utilisant les mêmes données de trading (backtest).

 

 

LZB

Blue: Darwin backtest with the current risk manager
Red: Darwin backtest with the new risk manager

 

LZB underlying

LZB underlying strategy curve

 

L’exemple montre que le gestionnaire de risques actuel est responsable de l’amplification du drawdown sur le DARWIN, et plus tard la recovery de la stratégie n’est pas apparente dans la même mesure sur le DARWIN. Il s’agit d’un cas évident dans lequel l’actuel gestionnaire de risque Darwinex a “endommagé” la stratégie.

En revanche, le nouveau gestionnaire, en offrant un risque moindre (entre 5% et 10%), est capable de reproduire parfaitement la proportionnalité avec la stratégie sous-jacente.


4. Implémentation

Le changement sera automatiquement mis en œuvre. Ni les commerçants ni les investisseurs n’ont besoin de faire quoi que ce soit.

Les attributs investisseurs continueront de fonctionner, du moins pour le moment, comme si la VaR était toujours fixe et à 10%. Cela a des implications pour certaines notes, et il est possible que cela prenne un certain temps à modifier, mais nous avons choisi de faire du gestionnaire de risques notre priorité.

 


5. Annexe: Plus d’exemples de DARWIN populaires

LVS

LVS, last 2 years

 

MJP

MJP since May 2018

 

SYO

SYO since migration

 

GFA

GFA since 8 April 2019

 

ULI

ULI last 3 years

 

WSS

WSS last year

 

BSL

BSL

 

NTI

NTI last 3 years

 

ZVQ

ZVQ since migration