Rétrocessions sur Diversification pour les investisseurs Darwinex

26 April 2017
Nicolas Faucheur

Depuis le lancement de Darwinex 2.0, les investisseurs de notre plateforme reçoivent un “bonus” quotidien sous forme de cash-back sur le volume de transaction: les Rétrocessions sur Diversification.

Pourquoi avons-nous décidé d’introduire ce concept? Certains vont penser que nous sommes devenus fou, et d’autres que c’est un rêve devenu réalité… Nous espérons que ce post vous convaincra, comme nous le sommes, des bénéfices qui pourront être tirés de ce programme, par les investisseurs ET les traders du DARWIN EXchange. Ci-dessous, nous allons aborder les raisons derrière la création des Rétrocessions sur Diversification pour investisseurs.

Raison 1:

Le système de rémunération des traders n’encourageait pas les investisseurs à se diversifier sur leur portfolio. Les frais de performance étant prélevés sur les profits réalisés par chacun des DARWIN individuellement:

Si un utilisateur détient un portfolio avec 2 DARWINs et que sur une période, un des deux DARWINs gagne 2000€ et l’autre perd 2000€, l’investisseur devra payer 400€ (20% x 2000) de frais de performance alors que son portfolio global produit un rendement net nul.

Or pour les investisseurs, il est important qu’il y ait un réel intérêt à se diversifier, car c’est le seul moyen par lequel ils peuvent amortir quelque événement imprévu dans le marché (comme le flash sur le cable le 7 Octobre dernier).

Etant donné que le risk manager ne peut pas anticiper ce type de mouvements soudains, la diversification de portefeuille sur différents DARWINs reste LA voie pertinente pour amortir l’impact d’une perte en capital potentiellement importante. Les rétrocessions sur diversification sont donc également une incitation à destination des investisseurs à diversifier leur portfolio.

Raison 2:

L’ancienne structure des coûts d’exécution était en quelque sorte “injuste” pour les investisseurs souhaitant diversifier leur portfolio. Ce n’est pas simple à apprécier, mais factuellement, en diversifiant votre portefeuille sur différents DARWINs, sa volatilité tend à diminuer (risque / rendement) tandis que les coûts demeurent.

Prenons un exemple, et comparons 2 investisseurs sans la structure de rétrocession.

Invetisseur 1: Investi 10.000€ sur le DARWIN NTI

Investisseur 2: Investi 5.000€ sur NTI et 5000€ sur PLF

Nous avons pris ces deux DARWINs en exemple car ils ont une rotation mensuelle quasi similaire (mêmes commissions). Nous assumons que les deux génèrent 0.5% de commissions chaque mois.

L’investisseur 2 paie 50€ de commissions chaque mois, mais son potentiel de profit est moindre. Si nous considérons que NTI et PLF n’ont aucune corrélation entre eux, le risque de chaque investissement est de 7.07%, au lieu de 10% pour l’investisseur 1. L’investisseur 2 devrait donc percevoir une compensation égale à 14.65€ pour que son ratio ‘commissions / rendement potentiel’ soit égal à celui de l’investisseur 1.

Calcul des rétrocessions:

Notre marge nette sur le volume investisseur est approximativement de 40%, par conséquent les rétrocessions payés doivent être moins de 40% (nous ne somme pas complètement fous 🙂 ). Comment alors procéder au calcul du partage de revenu?

Nous avons trouvé une façon transparente, simple, et en corrélation avec le degré de diversification du compte. En assumant une corrélation de 0 entre les DARWINs constituant un portfolio, le facteur de diversification est:

Facteur de diversification = √(∑invi)/∑invi

invi étant le montant investi sur chaque DARWIN

En supposant que tous les DARWINs génèrent les mêmes commissions, et par conséquent, qu’ils soient uniquement dépendants du montant investi sur chacun d’entre eux.

Ainsi, avec un facteur de diversification de 40% maximum, la rétrocession serait égale à

Rétrocession = 0.4*(∑ci-√(∑ci) ci étant les commissions facturées quotidiennement sur chaque portfolio de DARWIN.

Résultats 

Pour illustrer l’efficacité de notre concept de rétrocession sur la diversification, nous avons effectué un backtest comparant les rétrocessions censées avoir été versées aux investisseurs dans le passé,  et les frais de performance payés à la source

Rétrocessions / frais de perf. = 74.01%

Les rétrocessions, si elles ne couvrent pas l’intégralité des frais de performance, résolvent les soucis majeurs liés à la construction d’un portefeuille diversifié.

Veuillez noter que l’exemple mentionne une valeur moyenne. Le % de chaque utilisateur dépendra de sa stratégie d’investissement, du choix de ses DARWINs, et plus globalement de sa compétence en matière de gestion d’actifs.

Nous espérons que la vidéo ci-dessous (sous-titres FR) vous sera utile à en comprendre le fonctionnement. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question à info@darwinex.com!