Entrevue avec eromawyn (DARWIN $EZX)

26 August 2017
Nicolas Faucheur

Notre cher trader trader eromawyn a été interviewé sur un média francophone très populaire. Vous pouvez retrouver l’interview vidéo (FR) ici.

Il était donc temps d’avoir notre désormais traditionnelle entrevue, avec le trader derrière le DARWIN $EZX!

Monthly return since July 2016

 

Dites-nous en un peu plus sur vous. Comment avez-vous commencé et depuis combien de temps négociez-vous sur les marchés?

On peut dire que j’ai commencé, d’abord timidement, à m’intéresser aux marchés vers 2008. À l’époque, ma société venait d’être racheté par Rentabiliweb, cotée à la Bourse de Bruxelles, et c’est son PDG (Jean-Baptiste Descroix-Vernier) qui m’aura appris à lire les chandeliers japonais. Je me suis mis à imaginer des stratégies, sans le savoir je venais de réinventer la stratégie de la martingale (à laquelle je ne toucherais finalement pas)…

J’ai une formation d’ingénieur en informatique, aussi j’ai surtout rêvé de pouvoir analyser puis développer des stratégies automatisées. C’est surtout lors de ma découverte de MT4 que j’ai totalement plongé dedans, soit au printemps 2011.

Grâce à MT4, il est possible de développer des stratégies automatisées assez complexes, de les optimiser et les backtester. Le langage MQL4 assez proche de PHP (ou de C) n’a rien de complexe quand on a peu de background en informatique. On est tout de suite dans le bain, et très vite on se rend compte des limitations de MT4 : pas de backtest multipaires, historique limité, timezones différentes entre broker, pas de gestion des news, pas de backtests en tick, capacité limitée d’analyse du backtest, etc…

J’ai un peu regardé du côté des autres plates-formes, malheureusement il n’existe pas de plateforme idéale (peut-être AlgoTrader, mais le prix réserve cette plateforme aux professionnels) ; au final je me débrouille avec MT4 et quelques add-ons externes. Et je pense me débrouiller pas trop mal lorsque je vois les résultats sur le DARWIN $EZX et le nombre d’investisseurs qui me font confiance.

 

A propos de votre stratégie de trading: quelles paires négociez-vous en général? Sur quelle(s) unités de temps?

Les paires qui m’intéressent le plus sont l’euro-dollar (EURUSD) et le câble (GBPUSD) ; les paires AUDUSD, NZDUSD, l’or et le pétrole sont également présents dans mon trading. Sur la stratégie de break-out sur le DARWIN $EZX, les gains viennent dans l’ordre d’EURUSD, du pétrole, de GBPUSD, et assez accessoirement de NZDUSD (les autres paires ne sont pas tradées).

En fait, je ne me focalise pas sur des paires ; ce qui m’intéresse, c’est est-ce que j’ai des algorithmes (stratégies) que j’arrive à dérouler sur la paire ? Quand je développe une stratégie, j’essaye d’abord d’obtenir quelque chose sur une paire, puis j’essayerais des backtests pour voir ce que cela donne sur les autres paires majeures du Forex, et pourquoi pas d’autres marchés présents sur MT4 (indices, énergie, or).

Évidemment, c’est la paire la plus liquide avec le plus petit spread que je regarde prioritairement en général (EURUSD). Mon regret est que MT4 ne soit pas aussi le standard du marché pour les commodities ; souvent je me dis que je pourrais devenir riche avec le cacao. Ou le café. Les cross mineurs ou les devises exotiques (donc à fort spread) ne m’intéressent par contre pas du tout.

La bonne unité de temps, est ni trop petit – des scalps de 1 pip ou moins ne m’intéressent pas – ni trop longue – je veux trader (et donc gagner) souvent. Aussi, je cherche les signaux sur des barres M5 à H1, pour faire des trades qui dureront quelques heures à quelques jours au plus.

 

En tant que trader, quelle est votre plus grande force d’après vous?

Ma plus grande force est de ne pas (ou plus) trader manuellement sur le Forex. Mes stratégies reposent entièrement sur une analyse technique maison ; tous mes trades seront ouverts tout seuls par l’ordinateur, et fermés tout seul par lui. Pas d’intervention humaine, pas d’émotions. Pas d’aversion à la perte ou autre biais cognitifs ne viennent interférer dans mon trading. Bien que cela ne m’empêche pas de m’intéresser à côté à la psychologie du trading.

Mes stratégies de trading sont ainsi vérifiées et backtestées sur un assez long historique. Par exemple, la stratégie utilisée sur $EZX fonctionne sur la paire EURUSD depuis le début de l’euro (1999). C’est d’ailleurs un des problèmes que l’on rencontre en tant que trader automatisé : où trouver des données historiques fiables ? Sur le Forex, certains très anciens brokers mettent leurs données historiques en libre accès, mais par exemple sur le pétrole WTI, je regrette de n’avoir pas de données antérieures à 2013.

 

Et votre plus grande faiblesse?

L’ordinateur trade selon la stratégie qui lui est donnée… mais il ne fait que ça. Si arrivent des évènements imprévus, il n’en tiendra pas compte et ne saura improviser, s’en tenant à la stratégie pour laquelle il a été programmé.

Cela dit, avec certaines stratégies, il m’arrive d’avoir des surprises. Ainsi, plus d’une fois en regardant la stratégie de break-out sur $EZX – ce n’est pas parce que c’est automatisé que cela dispense de surveiller ce qui se passe, bien au contraire -, je me suis dit : « non, manuellement, (et/ou en tenant compte des fondamentaux) ça ne se traderait pas », ou « c’est bien rentré, mais ça va pas atteindre l’objectif » pour me rendre compte que finalement la stratégie avait bien raison. C’en est presque perturbant de voir l’analyse technique brute prendre le pas sur une analyse humaine.

 

Nos algos témoignent de la très bonne gestion des risques position par position (La) ainsi que d’un très haut niveau de Performance (Pf) de votre stratégie. Des suggestions pour les traders souhaitant améliorer leurs notes sur cet attribut en particulier?

Cela n’est en effet pas un accident : en trading automatique, il est facile de vérifier si sa stratégie fonctionne sur plusieurs années, et de connaître son comportement. D’une manière générale, cela se passe en essayant de couper au plus vite les pertes, et laisser filer ses gains. Quelquefois jusqu’à perdre mes gains, malheureusement. Je suis en train de voir pour limiter, cela, et cela m’a même donné une nouvelle idée d’algo, mais c’est une toute autre histoire.

Ce qui m’intéresse le plus lorsque j’optimise ma stratégie pour une paire donnée, ce sera prioritairement le profit factor (rapport entre les gains et les pertes) :

– Inférieur à 1 la stratégie est perdante. Il faut encore travailler dessus.

– Entre 1 et 1.2, la stratégie est gagnante, mais en backtest. Or, en backtest dit le proverbe, on est tous riches (il est facile de sur-optimiser). Selon mon expérience, une stratégie marchera en général 15 à 20% moins bien en réel que sur les données historiques. Donc ce n’est toujours pas une stratégie gagnante.

– Entre 1.2 et 1.4 on peut tenter de trader la stratégie… avec méfiance.

– Entre 1.4 et 1.6, il faudra continuer de faire attention, mais en principe cela se passera bien.

– Au-delà de 1.6, cela devrait bien se passer.

Il faudra aussi que les trades soient nombreux pour éviter la sur-optimisation et gagner régulièrement, et qu’il y ait un équilibre entre trades gagnants et perdants : on ne doit pas chercher à gagner 99% de ses trades, ni avoir une stratégie qui repose sur 3% de trades gagnants (sans parler de la difficulté psychologique à trader un tel algorithme).

Sur le DARWIN $EZX, les backtests que j’avais fait avant de commencer à trader en réel sont :

– 2.01 sur EURUSD. Autant dire que c’est assez solide. C’est ma meilleure stratégie, et de loin.

– 1.41 sur le pétrole

– 1.74 sur GBPUSD

– 1.42 sur NZDUSD

– 1.01 sur USDJPY, c’est pour cela que je ne le trade pas 🙂

 

Quelle est la plus grande leçon que vous ayez tiré de votre expérience?

Il faut apprendre à encaisser les pertes. Bien sûr, c’est plus simple quand on a un plan de trading que l’on suit à la lettre, surtout sous la forme d’un Expert Advisor qui trade à notre place. Il est complètement impossible d’avoir raison tout le temps sur les marchés. Or on peut devenir très riche sur les marchés en ayant raison que 4 fois sur 10 (à la condition que les gains soient plus élevés que les pertes).

Et c’est pareil dans la vraie vie, il ne sert absolument à rien d’avoir raison tout le temps. Il faut savoir reconnaître ses erreurs.

 

Le mot de la fin aux traders qui vous lisent?

Le monde du trading est un monde assez passionnant. Si vous voulez gagner sur les marchés, vous n’avez d’autre choix que de passer beaucoup de temps à essayer de comprendre ce qui fait bouger les marchés et pourquoi. Au final, on finirait presque par s’intéresser à la politique, car très souvent les évènements sur les marchés y sont liés.

Le problème c’est que beaucoup de débutants sont persuadés de devenir riches sans effort. Bien sûr, c’est la faute à certains brokers véreux qui font de telles promesses, et qui pourraient être intéressés par les pertes de leur client. Sans donner de nom, disons simplement que l’apparente simplicité des options binaire cache bien au débutant la réelle difficulté d’être gagnant sur ce type de produits.

Je ne suis toujours pas devenu riche, mais j’ai fait quelques gains ; cependant pour l’aspect facile… on repassera clairement. Un mélange de probabilités, de statistiques, de programmation informatique (même pour le trader manuel, savoir faire un backtest peut aider à développer sa stratégie), de créativité (vous n’espériez tout de même pas gagner en utilisant le RSI exactement de la même manière que tout le monde ?), énormément de lecture et de recherche sur le sujet (et de stratégies étudiées), de psychologie (trader, c’est apprendre à mieux se connaître), peut-être même de politique. Tout cela était déjà des choses qui m’intéressaient plus ou moins avant de trader ; et si les énigmes mathématiques ne vous amusent pas, peut-être n’êtes-vous pas fait pour trader (cela ressemble à une énigme géante et sans fin le trading automatique).

Peut-être aussi, une dose de saine paranoïa et de méfiance, tant les arnaques sont communes autour du forex. Ensuite, c’est surtout le temps passé qui compte. Car il m’a fallu passer du temps, beaucoup de temps avant de pouvoir gagner sur les marchés. Et j’aimerai avoir encore plus de temps à m’y consacrer.

Au final, investir dans des DARWINs bien classés pour celui qui veut gagner de l’argent sans effort sera bien plus simple.