Classement DarwnIA: fait-il fausse route?

4 February 2016
Nicolas Faucheur

Nous recevons des retours réguliers pointant du doigt les résultats du Classement DarwinIA, qui ne favoriseraient pas forcément notre but de démocratiser les marchés, et d’acquérir la base de donnée des meilleurs traders indépendant à travers le monde.

Par exemple, en réponse au post de la semaine dernière, Steven écrit:

“J’ai bien observé les Darwins et le classement. J’ai repéré quelques traders qui subissaient des drawdowns jusqu’à 98%, et malgré tout leurs D-Scores respectifs ne sont pas pénalisés. J’espère qu’un jour les algorithmes de notation le prendront en considération, pour un résultat final plus juste. Après tout, je suis sûr que votre compagnie n’a pas pour but d’encourager les traders au money-mangement téméraire ou irréfléchi. Bien à vous, Steven.”

Clairement, nous partageons l’inquiétude de Steven… mais comme vous le savez, quand on décide de s’imposer des règles, l’on se doit de les respecter, même si cela comporte parfois une part de souffrance. Ce post va toucher à différents aspects, incluant les détails techniques du classement, la motivation des traders, et comment nous envisageons de résoudre cela à l’avenir. Nous recherchons sincèrement des avis, retours, propositions sur celui-ci. Essayer de vous mettre dans nos baskets pourrait vous aider à nous avancer quelques pistes.

Intervenir sur les algorithmes?

Darwinia est un classement par pondération:

1. Notes des AttributsInvestisseurs du DARWIN qui réplique la stratégie

2. Le Grade, définit par ces notes

3. La performance du DARWIN sur le mois en cours

4. Une mesure de l’activité (pour être sûr que les DARWINS avec un haut Grade ne puisse pas remporter les prix sans activité, par exemple en période de vacances).

Nous avons couvert (note: et nous couvrirons bientôt en FR) les mécanismes des Grades Darwinia auparavant – le point important à mettre en avant en revanche, est le fait que la stratégie sous-jacente sur laquelle est basé le DARWIN n’entre PAS en équation.

Les argument discutables tels que “le distributeur de DARWIN négocie son compte avec une VaR trop élevée” sont donc hors de propos. Pour revenir sur ce “défaut” de Darwinia: il arrive parfois que des stratégies avec une “gestion du risque déraisonnable” se classe parmi les 20 stratégies à qui seront alloués des capitaux pour une période de 6 mois.

Devrions-nous mettre de côté les algos, jouer notre carte Joker et introduire de nouvelles règles de telle sorte qu’un DARWIN, dont la stratégie sous-jacente négocierait avec une VaR supérieure à X ou Y, serait disqualifié lors du concours?

C’est tentant! Cela nous prémunirait sûrement des certaines pertes d’investisseurs. Mais serait-ce vraiment utile à l’objectif final? Pour le moment, nous avons décidé de ne pas intervenir. Si cela se révèle trop coûteux, nous pourrions avoir en effet, à changer notre fusil d’épaule. Mais à cet instant précis, nous ne pouvons que poursuivre dans cette voie, et c’est important pour nous de vous expliquer en détail pourquoi.

We didn't invent this...

We didn’t invent this…

Arguments pour le “laissez faire”

Le premier est bien sûr la transparence. Pas de bricolage dans les paramètres.

Si nous somme les DARWIN EXchange, qui liste des DARWINS (qui sont parfois totalement différents de leur stratégie sous-jacente) et contrôle le risque afin que chaque instrument DARWIN tourne sur une VaR de 20%, pourquoi alors introduire la stratégie sous-jacente dans l’équation en tant qu’investisseur? Cela n’envoie t-il pas des messages contradictoire? La dernière chose que nous voulons est un process qui ne serait pas transparent!

Le second est de ne pas avoir d’à-priori. Il y a bien assez de “joueurs de casino” sur les marchés et nous ne sommes clairement pas là pour les encourager davantage. En revanche, ayant parlé à des milliers de traders ces dernières années, nous avons réalisé qu’il existe une (probablement minuscule) sous-catégorie de “joueurs rationnels”. Leur argument est: je gère seulement ex: 1000 USD et je ne pense pas être amené à gérer des capitaux plus conséquents dans un avenir proche. Donc je trade différentes stratégies avec un risque délibérément exagéré. C’est ma façon de me façonner un “ticket de loterie” pour moins cher que ce qu’il est possible de trouver sur le marché des jeux de hasard.

Tout le monde ne va sûrement pas adhérer à cette vision,  mais si la stratégie est gagnante, il reste une logique derrière. Et en effet, certains DARWINs basés sur des stratégies à très haut risque donnent de bons trades sur une période de temps relativement longue – Comparez le DARWIN1, DARWIN2, DARWIN3 avec leurs stratégie sous-jacente respective. On pourra ensuite supposer deux options. Option A: la notation algorithmique fonctionne, et le DARWIN basé sur la stratégie du “joueur”, avec sa VaR réajustée est en effet investissable – auquel cas, pourquoi devrions-nous, et qui sommes-nous, pour le cacher à l’investisseur? Option B: la notation algorithmique a besoin d’optimisations, et à ce moment là, nous devrons travailler de concert pour l’améliorer.

Les deux options sont envisageables. Simplement, le fait de cacher les “haut-risque” au placard, se heurterait à la transparence dont ont besoin les traders en évolution, et amoindrirait leur crédibilité.

La troisième option est un business model viable. Une fois atteint quelques centaines de millions sous gestion (AuM) répartis sur les DARWINs, certains investisseurs se tourneront vers ces DARWINs – la stratégie sous-jacente sera toujours accessible aux investisseurs, et la plupart d’ailleurs de ces “joueurs” se seront fait expulser par leur propre manquement de rigueur. Très probablement, à ce moment là, même les ditributeurs de DARWINs les plus amoureux du risque commenceront à alléger leur VaR… mais nous n’en sommes pas là –  Notre allocation de capital de 0.5MM / mois n’est pas encore assez pour les inciter à abaisser leur risque.

Le dernier argument, et non des moindres: à mesure que les AuM augmenteront, Darwinex aura déjà ses traders formés et performants dans les rangs (s’appliquant à développer du profit sur le long terme) et attirera les meilleurs traders qui ne connaissent pas, ou seraient hésistants à nous rejoindre, dans les prémices de notre évolution. Rien de plus efficace pour évincer les “joueurs de casino” (rationnels ou irrationnels) qui occupent les places du classement chaque mois, q’une plus grande densité de traders performants!

Quand cela arrivera, rien ne nous fera plus plaisir. Car nous pourrons alors dire que l’évolution a suivi son cours à travers les notations, sans bricolage. Le fait est que 90% des traders indépendant perdent leur chemise, ceci uniquement dû à des prises de risque inconsidérées et/ou excessives. La seule façon de pouvoir régler un problème, c’est déjà de l’admettre.

Vos idées?

De toute évidence, il est difficile d’aborder ce thème dans toute sa profondeur donc… qu’en pensez-vous? Etes-vous d’accord? Un argument manquant?

N’hésitez pas à nous contacter à info@darwinex.com (en) ou nicolas@darwinex.com (fr)